Gondole suite

Gondole, oppidum Arverne (suite)

Ullysse Cabezuelo, Yann Deberge

9 septembre 2008

Les ateliers sont localisés dans certaines des plus grandes caves. L’une d’elles a livré plusieurs outils de potier (des lissoirs en pierre), une autre contenait un récipient céramique, retrouvé en position primaire, rempli d’une préparation rouge destinée à l’enduction des céramiques. Le sol de cette cave était d’ailleurs recouvert sur une large étendue de ce pigment rouge,indice que cette étape de la production se faisait à cet emplacement.

JPEG - 6.9 ko
molette de potier
JPEG - 3.3 ko
motif de la molette
JPEG - 19.9 ko
Pigment rouge
destiné à l’enduction des cérémiques
JPEG - 21.3 ko
Pot contenant du pigment

Ces découvertes font écho à celle d’un outil caractéristique du potier, une molette utilisée pour décorer les céramiques avant cuisson, retrouvée lors du diagnostic archéologique conduit par l’INRAP. Le mobilier collecté, particulièrement abondant (plus de 120000 restes pour une masse totale supérieure à 4 tonnes), est diversifié (céramique, amphore, faune, quincaillerie,parure, monnaies…).

Il permet à la fois de préciser la chronologie de l’occupation, centrée sur les deuxième et troisième quarts du Ier siècle av. J.-C. (La Tène D2a, D2b), et de dresser un panorama des activités pratiquées sur le site. A la fois lieu d’habitation et de consommation (en témoigne l’abondant mobilier détritique), ce secteur est surtout marqué par une très forte implication dans la production artisanale. Les vestiges mobiliers, outre la production potière, témoignent d’une pratique artisanale diversifiée : manufacture d’objets en fer (scories, chutes et barres de fer, bloc tuyère en pierre), métallurgie des alliages cuivreux (creuset, moules et chutes métalliques) et tabletterie. La production métallurgique développée à Gondole reste difficilement déterminable (clouterie, tôle en alliage cuivreux ?), à l’inverse de celle de l’atelier de potiers.

production de céramiques de Gondole entre 50 et 25 av. J.-C.

La céramique produite correspond uniquement à la vaisselle fine, assimilable à la vaisselle de table. L’atelier semble tout particulièrement spécialisé dans les productions engobées, rouges ou blanches. Le répertoire des formes produites dérive en droite ligne des productions indigènes connues aux périodes antérieures (jattes à bord rentrant, formes hautes ovoïdes ou carénées, bol à panse carénée…). Suivant un processus engagé au IIe siècle av. J.-C., un large emprunt est également fait aux répertoires méditerranéens. Sont reproduits des formes de la campanienne (A et B), des cruches et pichets dérivés de modèles méridionaux et catalans, et, fait nouveau, des récipients qui copient la céramique culinaire italique. Ainsi, à côté des imitations d’assiettes Lamb. 5 ou6, de bols Lamb. 1, 8, 31/33 sont produites, à Gondole, les premières imitations connues en territoire arverne de plats à enduit rouge interne. Toutefois, ces copies ne sont jamais des retranscriptions fidèles de la forme originale. Elles comportent fréquemment des décors typiquement indigènes faits de lignes lissées (curvilignes,rectilignes,chevrons…) ou d’impressions réalisées à la molette. Ce détournement décoratif et morphologique va de pair avec celui de l’usage de ces céramiques. C’est notamment vrai pour les plats à enduit rouge interne qui, s’ils ont une fonction culinaire certaine dans le monde italique,sont ici destinés aux usages de la table.

LIEU DE RÉSIDENCE D’UNE POPULATION PRIVILÉGIÉE

L’écrasante majorité du mobilier découvert sur le site est de facture indigène et renvoie aux activités domestiques et artisanales.

Toutefois, certains objets « détonnent » par rapport à ce que l’on pourrait s’attendre à trouver sur un site artisanal gaulois. Il s’agit en premier lieu de plusieurs instruments de toilette (palette à fard, spatules en fer, sondes en alliage cuivreux, cure-oreille, cure ongle…),qui sont des objets typiquement romains.

JPEG - 7.4 ko
Instruments de toilette italiques
JPEG - 20.7 ko
Objets de parure
JPEG - 7.7 ko
Fibule en bronze à décoration zoomorphe

Ces ustensiles, présents à Gondole aussi bien dans les ensembles de La Tène D2a (vers 80-50 av. J.-C.) que dans ceux de La Tène D2b (vers 50-30 av. J.-C.), sont généralement rares avant la conquête même si on les rencontre ponctuellement sur certains oppida. La vaisselle d’importation et les amphores vinaires figurent également en nombre à Gondole, avec respectivement 170.et 460 récipients identifiés, sur seulement 3000 m2 fouillés. Les armes, souvent attestées à l’état de fragments sur les sites d’habitat laténiens, sont également bien représentées. A côté d’éléments fragmentaires (deux épées incomplètes, des éléments de bouclier) ont été découverts un casque en fer, quasiment complet, appartenant au type dit de Port, un fer de lance, une possible pointe d’épieu et un gladius.

JPEG - 37.6 ko
Casque en fer
pourvu de couvre-joues et d’un protège-nuque (type dit de Port)

Cet ensemble évoque très fortement une panoplie militaire romanisée comparable à celles connues pour certaines sépultures aristocratiques de Gaule du Centre et de Gaule Belgique. L’association avec quelques éléments liés au joug et au char (anneau passe-guide, renfort de caisse de char, bandage de roue) finit de souligner le caractère particulier de cette occupation installée hors de l’oppidum. Trois bagues en fer initialement pourvues d’un chaton décoré et dorées à la feuille trouvent également leur place dans ce contexte privilégié fortement romanisé. La présence de ce mobilier, relativement exceptionnel, associée à celle des éléments importés abondants et diversifiés permet de poser la question du statut des occupants de ce secteur du site. En se basant sur ces vestiges matériels, on peut supposer que cet ensemble, pourtant situé à l’extérieur de l’oppidum, a été le lieu de résidence d’une population privilégiée, portant les armes, ayant des contacts étroits avec le monde romain : des membres d’une élite guerrière ayant servi dans les troupes auxiliaires probablement au moment de la guerre des Gaules. L’association de ces vestiges aux témoins d’une pratique artisanale développée montre que cette population privilégiée exerce un contrôle direct sur les activités à forte implication économique.

JPEG - 32.8 ko
Gladius en fer
retrouvé sur le sol de l’une des caves
JPEG - 11.3 ko
pendeloque en bronze à figuration zoomorphe

On soulignera que les productions céramiques de Gondole, qui peuvent être associées chronologiquement à cet ensemble particulier de mobilier, comportent, à côté d’un fond indigène très présent, une proportion importante de formes directement issues du monde romain. Les différents travaux conduits, aussi bien dans un cadre préventif que programmé,depuis ces cinq dernières années renouvellent profondément la connaissance que nous avions de l’occupation laténienne de Gondole. Les vestiges découverts témoignent de l’extraordinaire potentiel de ce site parfois considéré comme « secondaire » en regard de ses deux proches voisins que sont Gergovie et Corent.

Article publié dans "L’Archéologue Archéologie Nouvelle n° 95 avril - mai 2008" qui nous a aimablement autorisé à le reproduire.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×