Gergovie

 
Gergovie, oppidum Arverne (63)

Gergovie, oppidum Arverne (63)

Magali Garcia, Thomas Pertlwieser, Yann Deberge

15 septembre 2009

L’identification de la Gergovie césarienne est ancienne. On doit à Gabriele Simeoni, érudit florentin du XVIe siècle et familier de l’évêque de Clermont, la localisation du site. Elle repose sur la présence du toponyme Girgia, attesté sur le flanc de la table basaltique au moins depuis le Xe siècle. Bien après Simeoni, on doit à Napoléon III, qui prépare alors son Histoire de Jules César, la première campagne de fouille systématique sur le site. Ainsi, en 1862, il charge le commandant Stoffel, qui œuvre également à Alésia et Uxellodunum, d’organiser la recherche des ouvrages du siège césarien.

 

 

JPEG - 28.5 ko
Vue aérienne du plateau de Gergovie

En s’appuyant sur la description faite par César de la topographie des lieux ainsi que celle des retranchements romains, le commandant Stoffel fait réaliser des tranchées destinées à recouper les lignes de fortification.

JPEG - 24.9 ko
Vue aérienne du plateau de Gergovie

Ces travaux sont d’une ampleur sans précédent. Il s’agit d’une des plus grandes opérations d’archéologie réalisées à l’époque. La méthode est rodée et conduit à la découverte des retranchements romains. Le mobilier collecté (pointes de flèche, armatures de trait de catapulte, chausse-trapes) et la typologie des vestiges (identiques à ceux mis en évidence à Alésia) laissent peu de doute quant à la datation et l’identification des ouvrages découverts alors.

JPEG - 84.4 ko
Tracé partiel des fortifications césariennes devant gergovie

La confirmation apportée par les travaux du R. P. Gorce, réalisés soixante-dix ans plus tard, ne suffit toutefois pas à faire taire la polémique, déjà ancienne, concernant la localisation du site de Gergovie.

JPEG - 7.4 ko
Traits de scorpio
découverts dans le fossé du petit camp (V. Guichard, ARAFA)

Les recherches conduites au milieu des années 1990, par V. Guichard, apportent une validation supplémentaire des observations faites par les fouilleurs du XIXe siècle.

La découverte d’armement typiquement romain contemporain de la conquête (traits de scorpio, boulets) permet de confirmer l’identification des ouvrages dégagés aux retranchements césariens. La localisation de l’oppidum de Gergovie ne fait aujourd’hui plus débat parmi les spécialistes.

LES PREMIÈRES RECHERCHES

JPEG - 25.7 ko
Fouilles conduites dans les années 1930

Le plateau lui-même a fait l’objet très tôt (les premières archives datent de 1756) de nombreuses investigations archéologiques. Elles sont malheureusement très variablement documentées et il n’est pas toujours possible de savoir précisément ce qui a été découvert lors de ces travaux. Les premières recherches méthodiques sont entreprises en 1861, sous la direction de l’agent voyer Aucler, en vue de la visite de l’empereur sur le site. Ces travaux, repris et complétés dans les années 1930 à 1950 par des universitaires (Brogan, Desforges, Lassus, Hatt, Labrousse), permettent à la fois de dégager des segments de la fortification et de fouiller quelques zones à l’intérieur du site.

JPEG - 15.2 ko
Ces documents montrent l’ampleur des travaux et le peu de méthode avec laquelle ils ont été réalisés (fouille Brogan et Desforges)

Un secteur artisanal, une « villa », un autre secteur à occupation domestique ainsi que le sanctuaire sont reconnus. Les résultats sont importants et le mobilier collecté très abondant. La conclusion formulée alors est que l’occupation du site, à l’architecture très romanisée, doit dater principalement de la période augustéenne, les vestiges contemporains de l’épisode de la guerre des Gaules étant très discrets. Toutefois, la méthode employée à l’époque est certainement pour partie responsable de la datation tardive assignée à l’occupation du plateau. L’analyse des documents laissés par les fouilleurs montre qu’ils ne sont que très rarement allés au-delà des structures maçonnées les plus récentes. Les travaux et découvertes réalisés aujourd’hui attestent, comme le suggère l’analyse des mobiliers provenant des collections anciennes encore accessibles, que le site est bien occupé dès les années 50 av. J.-C.

NOUVELLE ÉTUDE DE LA FORTIFICATION

JPEG - 105.6 ko
Le rempart du Ier siècle av. J.-C.
partie sud-est du plateau
JPEG - 13.7 ko
Le rempart hallstattien
restitution 3D L. Andrieu

L’année 2001 a vu la reprise de l’étude des fortifications de l’oppidum. Placé sous la direction de T. Pertlwieser (ARAFA), ce programme, qui couple un relevé topographique de l’ensemble à des fouilles ponctuelles, a débuté par le réexamen des secteurs dégagés dans les années 1930. Il permet de proposer une histoire renouvelée pour cet ouvrage défensif assez mal documenté par les recherches anciennes. Sur le secteur sud-est, l’une des constructions les plus anciennes associe un poutrage de bois, avec des éléments verticaux en façade, à un blocage de pierres, type de construction connu ailleurs en Gaule (probablement un rempart de type Kelheim).

Le mobilier collecté dans la rampe, notamment une fibule à timbales de la fin du premier âge du Fer (Hallstatt D3), indique qu’il s’agit d’une construction ancienne.

JPEG - 8.8 ko
Fibule à timbales du premier âge du fer
(L. Andrieu, ARAFA)

On doit probablement à ce premier ouvrage le creusement de la table basaltique qui a permis le dégagement d’un escarpement vertical quasiment infranchissable d’environ 6 m de haut. L’ouvrage le plus récent, qui est aussi le mieux préservé, correspond à un large mur en pierres sèches (2 m en moyenne), installé en bordure extrême du plateau au sommet de la rampe formée par les premiers états de la fortification. Cette construction, originale en Gaule interne, associe deux solides parements à un blocage de pierres. A la différence du murus gallicus décrit par César et attesté par l’archéologie, cet ouvrage ne contient aucune ossature de bois. Ce rempart a fait l’objet de plusieurs réfections. L’une d’elles a consisté en l’installation d’une rampe en terre marquée à intervalles réguliers par des contreforts massifs en pierres sèches. L’abondant mobilier céramique collecté dans les couches d’utilisation et d’abandon, ainsi que sur la terrasse située au pied du rempart, permet de dater l’utilisation de cet ouvrage entre le milieu et la fin du Ier siècle av. J.-C.

A partir de 2005, les investigations ont porté sur le secteur de « La Porte Ouest », déjà partiellement dégagé au cours des années 1860 et 1930. Sur ce secteur, nettement mieux préservé, les dégagements ont été plus étendus.

JPEG - 42.2 ko
Gergovie, la porte ouest du rempart

Les résultats sont inattendus et témoignent de l’histoire complexe de la fortification.

JPEG - 18.4 ko
Gergovie, rempart et carrière (à droite)
Ier siècle av. J.-C.

A cet emplacement, aucun ouvrage antérieur à La Tène n’a été encore reconnu. La construction la plus ancienne semble être le large mur en pierres sèches déjà reconnu pour la partie sud-est de la fortification. Ponctuellement conservé sur 2 m de hauteur, il est réalisé à l’aide de blocs à l’aspect émoussé probablement collectés en surface. Juste en arrière du mur, parfois tout contre la base du parement, de vastes carrières ont été ouvertes pour sortir des blocs de basalte de grande dimension. Certains d’entre eux ont été retrouvés bruts d’extraction au fond de l’excavation. Comme en témoignent le module et l’aspect de fraîcheur de certains blocs visibles dans le rempart, l’ouverture de ces carrières a été nécessitée par un réaménagement de la fortification.

JPEG - 27.6 ko
Blocs bruts de taille au fond de la carrière
JPEG - 35.7 ko
Occupation domestique et artisanale

Comblées très rapidement (au moment même de l’extraction), elles ont été réutilisées pour accueillir des dépôts à caractère religieux (ensevelissements de chien et mouton) et funéraires (présence d’une inhumation), ainsi que des rejets domestiques et artisanaux. Ces derniers témoignent de la proximité d’un secteur d’habitat, ce que les travaux des deux dernières années ont permis de confirmer.

A l’emplacement d’un accès ancien à l’oppidum, un puits, une citerne, des restes d’un ou de plusieurs bâtiments, des niveaux de sol ainsi que des vestiges mobiliers abondant attestent, en effet, d’une occupation domestique et artisanale (métallurgie du fer) du secteur. La campagne de l’année 2007 a également été marquée par une découverte inhabituelle. Une pointe de trait de scorpio a été retrouvée, fichée dans une couche archéologique (angle de 70° par rapport à l’horizontale, pointe butée contre un niveau de sol empierré sousjacent), dans une position strictement identique à celle des pointes de trait retrouvées sur le site de la fontaine de Loulié, lieu intensément bombardé lors du siège d’Uxellodunum. Cet objet, qui s’intègre parfaitement dans la série de ceux retrouvés sur les sites de la guerre des Gaules, pourrait signaler une position bombardée, au moment du siège, par l’artillerie romaine. A la période augustéenne, ce secteur du site est toujours investi et c’est probablement à cette époque que l’ancien accès à l’oppidum est réaménagé. Une porte maçonnée à la chaux est installée ainsi que différentes constructions annexes qui reprennent strictement le tracé de la fortification plus ancienne.

Gergovie et Merdogne, toponymie et historiographie

par M. Rousset, A. Rousset , Y. Deberge

Il est couramment admis dans l’opinion publique et les médias, mais également parmi certains historiens et archéologues, que Merdogne est le toponyme initial du plateau de Gergovie, le changement ayant été opéré par Napoléon III. L’étude critique des archives conduit à conclure que :
- l’expression « Plateau de Merdogne » a été inventée par Maurice Busset en 1933 et publiée alors dans la revue L’Illustration ;
- avant cette date, cette appellation ne figure sur aucun document : aussi loin que la documentation nous a permis de remonter dans le temps, le plateau ne se voit jamais attribué un autre toponyme que celui de Gergovie, ou bien Gergovia, Gergoye, Girgouia.

La redécouverte des camps romains au pied du plateau en 1995-96 (fouilles V. Guichard, Y. Deberge) a mis un terme aux doutes sur la localisation du site de la bataille de 52 av. J.-C., du moins pour la communauté des archéologues, mais paradoxalement cela n’a pas eu pour conséquence logique de conclure sur la toponymie. Gergovia est le nom de la forteresse gauloise que les légions romaines ont assiégée en 52 av. J.-C. selon Jules César : … César parvint à Gergovie en cinq jours [après avoir traversé l’Allier] ; ayant livré le jour de son arrivée un petit combat de cavalerie et ayant reconnu la place, qui était sur une montagne fort haute et d’accès partout difficile, il désespéra de l’enlever de force [...]. De son côté, Vercingétorix avait campé près de la ville, sur la hauteur, et il avait disposé autour de lui les forces de chaque cité … (livre VII, chapitre XXXVI).

Hormis le sanctuaire fréquenté jusqu‘au IIIe siècle, le site est abandonné par ses habitants au début de notre ère au profit d’Augustonometum (actuel Clermont-Ferrand). Il devient alors un vaste espace de pacages que se partagent au Moyen Age le seigneur et les habitants de Merdogne, village situé sur le flanc sud du plateau, et les moines de Saint-André installés au domaine de Gergovia, sur la pente est du plateau.Le toponyme Girgia est attesté sur un parchemin du Xe siècle, à l’emplacement du domaine de Gergovia (archives départementales du Puy-de-Dôme 3G armoire 18 sac A4).

Au Moyen Age, les procès constituent la source principale ’informations, l’utilisation des pacages étant à l’origine de nombreux conflits entre trois parties : le seigneur de Merdogne, les habitants du village et les moines de Saint-André. Ainsi, une transaction de 1539 traitant d’un différend entre le seigneur et les habitants de Merdogne qui « avaient introduit leurs bestiaux sur la montagne de Gergovia sans sa permission » (archives départementales du Puy-de-Dôme série L côte 928). La distinction toponymique entre le village et la montagne est ici sans ambiguïté. De plus, aucun texte connu ne relie explicitement le plateau au toponyme Merdogne. Les expressions parfois rencontrées telles que « les hauts de Merdogne » ou encore « les coteaux de Merdogne » désignent les terroirs jouxtant le haut du village. Intellectuel et humaniste de la Renaissance originaire de Florence (Italie), Gabriel Siméoni est connu dans notre région par son ouvrage sur la Limagne publié en 1560, lequel comporte une carte situant Gergovie au sud de Clermont-Ferrand : « La montagne de Gergovia est de toutes parts comme le dit César et comme je l’ai plusieurs fois expérimenté à pied et à cheval... ». Il est probable que la présence du toponyme de Gergovia sur le flanc sud-est du plateau l’ait tout naturellement attiré vers ce secteur.

Au début du XIXe siècle, Napoléon Ier fait relever le parcellaire des propriétés de toutes les communes de France : c’est le premier plan dit cadastral. Sur celui de La Roche Blanche, réalisé en 1816, l’expression « montagne de Gergovia » désigne strictement la partie sommitale du plateau. En 1862, à l’occasion d’un voyage à Clermont-Ferrand, Napoléon III se rend sur le plateau pour visiter les fouilles qu’il faisait réaliser.

JPEG - 216.2 ko
cliquez sur la vignette pour agrandir

L’affiche annonçant le voyage de l’Empereur prévoit ainsi pour le 9 juillet au matin une « Excursion au plateau de Gergovia ».

En descendant vers La Roche Blanche, l’abbé Olivier, curé de Merdogne, l’interpelle et lui demande de changer le nom du village de Merdogne en Gergovia. M. Villot, propriétaire du domaine de Gergovia situé un peu plus bas, s’oppose à ce changement en invoquant les risques de confusion avec sa propriété.

Après deux ans de discussions, on opte pour Gergovie au lieu de Gergovia.

JPEG - 175.9 ko

Le décret impérial du 11 janvier 1865 stipule dans son Art. 1er : « Le village de Merdogne, dépendant de la commune de La Roche Blanche, … portera à l’avenir le nom de Gergovie ».

Le changement est pris en compte par les registres d’état civil de la Commune de La Roche Blanche :
- 29 novembre 1864, naissance à Merdogne de Anne Palazi...
- 21 janvier 1865, naissance à Gergovie de Marie Finaire.

Ce n’est qu’au début des années 1930 que la confusion s’installe entre les deux toponymes avec la polémique que provoque Maurice Busset, professeur de dessin à Clermont-Ferrand, en annonçant avoir trouvé le vrai site de la bataille de Gergovie aux Côtes de Clermont. Dans l’article publié à l’époque dans la revue L’Illustration (n°4695, février 1933), il affuble du nom de Merdogne le site (dit officiel) de Gergovie, expliquant que ce dernier a usurpé son nom sur décision de Napoléon III.

Une vive polémique s’engage alors avec Pierre-François Fournier, Directeur des Archives départementales. L’Auvergne littéraire (n° 71, 1933), qui s’en fait l’écho, répond par un article fort documenté qui conclu en ces termes : « L’Auvergne littéraire est prête à publier impartialement la reproduction de toute carte ou document authentique révélant que le plateau de Gergovie a porté un autre nom. » Bien que le défi n’ait jamais été relevé, à partir des années 1950, un autre professeur de dessin, Paul Eychart, médiatisera la thèse de Maurice Busset jusqu’à une période récente. La recherche locale sur le sujet en sera polluée à tel point que le toponyme de Merdogne, qui n’est jamais attesté sur aucun document ancien pour désigner le plateau lui-même, sera repris dans la Carte Archéologique de la Gaule du Puy-de-Dôme publiée en 1994.

Article publié dans "L’Archéologue Archéologie Nouvelle n° 95 avril - mai 2008" qui nous a aimablement autorisé à le reproduire.

Voir toutes les informations concernant ces fouilles

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site